Skip to content
RechercheRecherche

Techniques de visualisation pour tableaux papier et tableaux blancs : enregistrement graphique (graphic recording) et prise de notes visuelle (sketchnoting)

Techniques de visualisation pour tableaux papier et tableaux blancs : enregistrement graphique (graphic recording) et prise de notes visuelle (sketchnoting)

Notre monde est visuel. Écouter, sentir, toucher et goûter représente 17% de la perception sensorielle humaine. Les impressions sensorielles traitées par notre cerveau proviennent à 83% des yeux, ce qui est impressionnant. Jusqu’à l’invention de l’écriture, l’humanité a communiqué uniquement par les images et les histoires. À la maternelle, nous nous exprimons en grande partie par des images. Et en tant qu’adultes, la plupart d’entre nous doivent voir quelque chose avant de pouvoir le comprendre et le retenir.

Alors que nous devons apprendre une langue étrangère pour pouvoir la comprendre, les images offrent une compréhension étonnamment universelle. Si l’on voit une image d’arbre ou de palmier, partout où il pousse des arbres dans le monde, on comprendra de quoi il s’agit. En revanche, le mot « arbre » ou « palmier » n’a un sens que pour la partie francophone de l’humanité et doit être appris à l’école.

L’image peut être comprise partout, pas le mot. L’utilisation de techniques visuelles en entreprise, à l’école ou à la maison est donc devenue très populaire ces dernières années.

Mais en quoi consiste exactement la visualisation ?

Le terme de visualisation désigne la représentation imagée ou graphique d’une information abstraite et transmet ainsi cette information sous une forme plus facile à comprendre. La visualisation renforce les déclarations par l’ajout d’images simples.

Avantages de la visualisation

  • Les images sont plus claires et plus simples à comprendre
  • Les symboles créent un dénominateur commun et réduisent le risque d’incompréhensions
  • Les informations visualisées sont plus simples à retenir
  • La visualisation favorise une meilleure compréhension des connexions
  • Les informations visualisées sont plus affectives, plus ludiques, plus créatives et plus collaboratives
  • La visualisation stimule une pensée non conventionnelle

► Pour résumer, la communication est plus efficace et plus efficiente lorsqu’on utilise des visualisations. Ainsi, les raisons pour lesquelles la visualisation est importante et pour lesquelles il faudrait utiliser les techniques de visualisation en cours, en entreprise ou à la maison apparaissent vite clairement.

Quelles sont les techniques de visualisation existantes ?

Il existe de nombreuses techniques de visualisation différentes, par exemple l’enregistrement graphique (graphic recording) et la prise de notes visuelle (sketchnoting). Les limites et les différences sont souvent vagues. C’est pourquoi voici une distinction de ces deux techniques.

Qu’est-ce que l’enregistrement graphique (graphic recording) ?

L’enregistrement graphique est la traduction et la documentation visuelles de présentations en temps réel, à destination d’un vaste public et donc sur grand format.

Qu’est-ce que la prise de notes visuelle ?

La prise de notes visuelle est l’établissement de notes visuellement parlantes pour un usage privé et se fait donc sur un format plus petit.

 

► Cette brochure explique les principes de deux techniques de visualisation, l’enregistrement graphique (graphic recording) et la prise de notes visuelle (sketchnoting) :

Guide de démarrage rapide

L’appréhension face au dessin vs. l’alphabet visuel

La plupart des adultes qui ont peu l’habitude de dessiner sont effrayés par l’idée même de créer des visualisations, car ils pensent qu’ils ne savent pas dessiner. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a pas besoin de savoir dessiner pour appliquer l’enregistrement graphique ou la prise de notes visuelle. Dans ces deux techniques, les symboles se basent sur un alphabet visuel qui se compose de quelques formes simples : des points, des lignes, des rectangles, des triangles et des cercles. Et tout le monde sait les dessiner.

Enregistrement graphique (graphic recording)

L’enregistrement graphique est la traduction et la documentation visuelles simultanées de présentations. Ce paragraphe expose les principes de l’enregistrement graphique qui peut être utilisé par tout un chacun dans son travail quotidien au bureau sur tableau papier ou tableau blanc. S’il existe de nombreuses différences significatives dans l’utilisation des tableaux papier et des tableaux blancs, il y a aussi quelques points communs.

Astuces et principes de l’enregistrement graphique

Exercer son écriture manuscrite

L’enregistrement graphique combine des notes écrites avec des symboles, des images et des éléments graphiques. Même s’il l’on souhaite travailler surtout avec des dessins, on aura toujours besoin de l’écriture, car rien ne remplace la précision d’un mot. L’erreur la plus fréquente est (a) une écriture trop petite dans (b) une couleur trop claire. Dès que les personnes doivent lire un texte à 10 m de distance, on doit essayer de ne pas écrire plus petit que la largeur de trois doigts.

Une autre erreur fréquente consiste à écrire uniquement en majuscules. Ce n’est pas recommandé : cela détériore beaucoup la lisibilité, car tous les mots ont le même contour. Il faut donc réserver l’usage des majuscules aux titres. 

Les descendantes et les ascendantes sont un autre aspect qui permet d’améliorer la lisibilité. Il faut les maintenir aussi petites que possible. Enfin, les mots à la marge ne doivent pas être comprimés afin de rester bien lisibles. Un écriture en capitales d’imprimerie bien lisible est également la base d’un tableau papier ou d’un tableau blanc réussi.

Pointe biseautée ou pointe en ogive

Dessiner avec une pointe biseautée ou une pointe en ogive est une affaire de goût personnel. La pointe biseautée offre de la flexibilité et permet de varier la largeur de trait, ce qui donne de la vie à l’écriture et au dessin.

D’autre part, la pointe en ogive permet un trait égal, qui amène plus de constance et donc plus facile pour les débutants.

Le pouvoir de l’ordre

Peu importe qu’il s’agisse d’un tableau papier ou d’un tableau blanc, plus on travaille avec ordre, plus la lisibilité est grande. Ce pouvoir de l’ordre ne doit pas être sous-estimé, car une présentation bien ordonnée sur tableau papier ou tableau blanc est plus facile à lire, à comprendre et à suivre.

Les contenus similaires doivent être organisés de la même manière, car ensuite l’auditoire les interprètera de la même manière. Les listes et les puces sont imbattables pour la clarté du discours. Ornées d’icônes, elles sont visuellement parlantes.

Utiliser la couleur et le blanc

La couleur donne de la vie aux tableaux blancs et aux tableaux papier. Mais il faut l’utiliser avec parcimonie : pour l’écriture, il convient d’utiliser toujours des couleurs sombres, comme le noir, le bleu et le vert foncé. Les couleurs claires et vives attirent l’attention et peuvent donc servir pour des accents colorés et des décorations.

Le blanc est également un instrument puissant quand on travaille sur les tableaux papier et les tableaux blancs. Si nous avons tendance à remplir autant que possible les tableaux papier et les tableaux blancs, cela réduit considérablement la lisibilité. Les participants seront reconnaissants s’il reste du blanc, ce qui peut également être utilisé comme un élément d’organisation.

La préparation est la clé de tout

Se tenir en direct devant un groupe et faire une présentation sur tableau papier ou tableau blanc peut souvent être stressant, notamment pour les utilisateurs peu exercés : le temps file, on tombe dans un rythme frénétique. On peut facilement réduire ce stresse si l’on prépare tout ce qui peut être préparé.

Par exemple, il conviendrait de préparer une petite liste de symboles clés et de s’entraîner jusqu’à ce qu’on puisse les utiliser sans trembler. De plus, on peut préparer des éléments sur des feuilles séparées et les accrocher au tableau papier ou au tableau blanc au bon moment.

Les feutres qui conviennent à l’enregistrement graphique

Lumocolor® flipchart marker 356Lumocolor® flipchart marker 356Marqueur pour tableaux papier pointe ogiveSTAEDTLER box de 4 marqueurs tableau papier, couleurs assorties, pointe ogive
Lumocolor® flipchart marker 356Lumocolor® flipchart marker 356Marqueur pour tableaux papier pointe ogiveSTAEDTLER box de 6 marqueurs tableau papier, couleurs assorties, pointe ogive
Lumocolor® whiteboard marker 351Lumocolor® whiteboard marker 351Marqueur pour tableaux blancs pointe ogiveSTAEDTLER box de 4 marqueurs effaçables à sec, couleurs assorties, pointe ogive
Lumocolor® whiteboard marker 351Lumocolor® whiteboard marker 351Marqueur pour tableaux blancs pointe ogiveSTAEDTLER box de 6 marqueurs effaçables à sec, couleurs assorties, pointe ogive
Lumocolor® whiteboard marker 351Lumocolor® whiteboard marker 351Marqueur pour tableaux blancs pointe ogiveSTAEDTLER box de 8 marqueurs effaçables à sec assortis
PreviousNext

Astuces pour de meilleures visualisations sur tableau papier

Utiliser le bon papier

Si l’on utilise la visualisation sur des tableaux papier, de petites mesures peuvent souvent amener de grandes améliorations, par exemple le choix du bon papier. En principe : il est possible de dessiner sur tout type de papier, mais certains papiers sont plus adaptés que d’autres. Idéalement, le tracé des lignes ou des carreaux est plutôt pâle, de sorte qu’ils ne gênent pas l’écriture ou le dessin. Si le tracé est plus foncé, il est souvent mieux de placer la page comportant des lignes à l’envers, c’est-à-dire de retourner le bloc du tableau papier.

Utiliser les effets d’ombres et de lumière

Les ombres confèrent une note particulière à tout tableau papier. La complexité n’est pas très grande, mais l’effet d’autant plus grand : quelques traits libres avec un marqueur gris pour tableau papier donnent un effet en trois dimensions au dessin et lui donnent plus de dynamisme. Les effets de lumières avec le feutre surligneur jaune pour tableau papier rendent les dessins encore plus intéressants.

Astuce : il faudrait dessiner afin que la lumière provienne d’en haut à gauche et que les ombres se trouvent donc en bas à droite.

Une discipline reine : dessiner des visages sur le tableau papier

Nous sommes des êtres sociaux et rien ne nous parle autant qu’un visage. Dans un dessin, nous repérons toujours les visages en premier. De nombreuses émotions différentes peuvent être représentées en quelques traits simples. Avec un peu d’exercice, les plus avancés peuvent ajouter différentes coiffures, des barbes, des lunettes ou des bonnets dans leurs présentations sur le tableau papier, ou même utiliser différentes formes de visages afin de créer des personnages différents.

Astuces pour de meilleures visualisations sur tableau blanc

Les erreurs ne sont pas à craindre

Le grand avantage des visualisations sur tableau blanc par rapport au tableau papier saute aux yeux : il n’y a pas de crainte des erreurs à avoir. L’encre sèche sur le tableau blanc en quelques secondes et peut ensuite être effacée à sec avec un chiffon doux ou une brosse pour tableau blanc. Cela permet de réaliser de petites corrections ou de repartir à zéro.

Tirer parti des possibilités de combinaison

Les possibilités presque infinies de combinaison constituent un autre avantage du tableau blanc. Le tableau blanc peut être combiné facilement avec des magnets, du ruban adhésif de masquage et du papier de couleur. Cela transforme le tableau blanc en instrument puissant pour le brainstorming et les ateliers, pour une créativité sans limites.

Prise de notes visuelle (sketchnoting)

La prise de notes visuelle ajoute un petit plus aux notes traditionnelles : la prise de notes visuelle associe des mots écrits à des images, des symboles ou de petits dessins. Grâce à la prise de notes visuelle, on crée des moyens mnémotechniques qui nous permettent de retenir plus facilement les choses, puisqu’on associe une information avec une image. Cela peut ressembler à du gribouillage, mais préparer les informations visuellement nous aide à traiter les faits d’une manière que l’écriture ne permet pas. Cela augmente significativement la mémorisation de ce qui est vu. La prise de notes visuelle est particulièrement utile à l’école ou au travail. Par exemple dans des matières comme l’histoire ou l’art, dans lesquelles il faut retenir des éléments sur une personne donnée ou un lieu donné, la technique de visualisation est précieuse pour le cours.

En effet, les études ont montré que la prise de notes visuelle peut augmenter la capacité de mémorisation jusqu’à 65%* ! Cela montre la valeur de la prise de notes visuelle pour les élèves et les étudiants et donne une réponse claire à la question « Pourquoi la prise de notes visuelle ? ». Les notes enrichies peuvent aussi servir à la maison, par exemple pour embellir l’agenda de la semaine ou les recettes, car les réaliser fait tout simplement plaisir.
(Source : *John Medina, Brain Rules)

Astuces et principes de la prise de notes visuelle

Comme pour l’enregistrement graphique, ce qui est formidable avec la prise de notes visuelle, c’est qu’il n’y a pas besoin d’être particulièrement doué ou talentueux : tous les symboles de la prise de notes visuelle existent sous une forme basique : rectangle, triangle, cercle et points et lignes simples. Pour les débutants, le meilleur moyen de démarrer la prise de notes visuelle est d’apprendre quelques bases. Dès qu’on se les ait appropriées, la prise de notes visuelle devient plus simple, plus rapide et plus amusante. Voici quelques bases parmi les plus utiles :

Éléments de liaison

Ils sont utilisés dans la prise de notes visuelle pour figurer les liens entre les idées ou les objets, comme dans une « carte heuristique ». Ils peuvent être tracés très simplement (des lignes simples) ou être plus complexes (flèches en trois dimensions, ou autres).

Listes à puces

Il existe des possibilités presque illimitées pour les signes de présentation, par exemple, des points, des cœurs, des étoiles ou même des éclairs.

Bulles de texte

Elles sont un moyen idéal pour consigner les citations dans la prise de notes visuelle.

Encadrés

Ces formes servent à délimiter différentes idées, pensées et citations les unes des autres.

Les feutres adaptés à la prise de notes visuelle

pigment liner 308pigment liner 308Feutre finelinerSTAEDTLER box de 4 feutres 0.5 mm, couleurs assorties
triplus® color 323triplus® color 323Feutre de coloriage à forme triangulaire ergonomiqueSTAEDTLER box de 10 feutres de coloriage, couleurs assorties
triplus® textsurfer® 362 Ctriplus® textsurfer® 362 CFeutre surligneur triangulaireEtui STAEDTLER box de 4 surligneurs triangulaires assortis
triplus® textsurfer® 362triplus® textsurfer® 362Feutre surligneur triangulaireSTAEDTLER box de 4 surligneurs, couleurs assorties
PreviousNext

Exemple pas-à-pas de « recette de notes visuelles »

Les feutres de coloriage triplus color peuvent être utilisés pour les lignes épaisses et les à-plats : pour repasser sur les encadrés ou les flèches et les points d’exclamation ► La première étape de la recette de notes visuelles doit être réalisée avec les feutres de coloriage triplus color.

 Les feutres pigment liner sont parfaitement adaptés à tout ce qui est écrit ou dessiné dans les notes : les encres pigmentées ne baveront pas si elles sont repassées au feutre surligneur ► Les étapes 2 et 3 de la recette de notes visuelles doivent être réalisées avec les feutres pigment liners.

 Les feutres surligneurs triplus highlighter sont parfaits pour des effets d’ombres et de lumière et pour des accents colorés subtils ► L’étape 4 de la recette de notes visuelles peut être réalisée avec les feutres surligneurs triplus highlighter.

Téléchargez ici notre antisèche et découvrez des exemples sur le thème de la visualisation et ainsi que des modèles de prise de notes visuelle et d’enregistrement graphique :

Guide de démarrage rapide

Cela pourrait aussi vous intéresser :